Au regard des mutations sociales, sociétales et environnementales, les réponses apportées ne peuvent plus se cantonner à des approches figées et cloisonnées. Des alliances multisectorielles et multidisciplinaires peuvent constituer des leviers à forte valeur ajoutée face à la complexification des enjeux de ce siècle et du futur.


Les défis à relever

Il n’est plus à démontrer aujourd’hui les bénéfices que chacun peut acquérir grâce aux innovations numériques en santé, que l’on soit acteur du sanitaire, du médico-social et du social, porteurs des services numériques (éditeurs, intégrateurs, groupements régionaux d’appui au développement de la e-Santé…) ou encore usager des services numériques (professionnels de santé, patients, …).

Le numérique en santé a par essence un impact sur l’ensemble des parties prenantes du parcours de santé d’un individu. Il confère à certains, par exemple, la capacité de collecter et traiter des volumes de données importants et personnalisés dans des délais courts. A d’autres, il offre l’opportunité de bénéficier des soins d’un professionnel de santé situé à des kilomètres de son lieu de vie (dans le contexte de la téléconsultation par exemple). Autrement dit, les solutions numériques en santé influent directement ou indirectement sur l’écosystème d’un individu, d’une communauté, d’une ville, d’une nation (habitat, mobilité, alimentation, éducation, environnement, …).

Dans le cadre de la montée en puissance des métiers de la coordination, la prise en compte des déterminants sociaux est aussi importante que la réponse médicale apportée. D’où l’intérêt d’allier l’innovation sociale aux solutions numériques en santé. En effet, l’innovation sociale se définit comme l’élaboration des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits dans les conditions actuelles du marché et des politiques sociales, en impliquant la participation et la coopération des acteurs concernés, notamment des utilisateurs et usagers.

Aussi, dans le cadre d’une réflexion commune de réponse aux enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux actuels, il apparaît comme indispensable de relever les défis suivants :  

  • Trouver un consensus sur le cadre théorique et la terminologie usitée afin de traduire au mieux la pensée des acteurs particulièrement dans une démarche d’éthique numérique (vie privée, accessibilité, transparence, équité, autonomie…) ;
  • Adopter une approche croisée pluridisciplinaire combinée à une « vision 360 ° » afin de faciliter le développement des outils et anticiper les risques potentiels liés à leur déploiement ou leur appropriation ;
  • Accompagner la mise en œuvre des principes et des outils développés pour s’assurer par exemple de la cohérence et de la pertinence sur le terrain des éléments produits « en chambre » ;
  • Communiquer, sensibiliser et former pour faciliter la compréhension, l’appropriation des éléments conçus (méthodes d’évaluation, principes théoriques, …) ainsi que la responsabilisation et l’autonomie de chacun ;
  • Mesurer les impacts sociaux des projets développés ;
  • Trouver les ressources financières nécessaires c’est particulièrement le cas des associations ;
  • Elaborer un modèle économique viable.

Anticiper et relever ces principaux défis est essentiel, les innovations numériques et/ou organisationnelles ne s’accompagnant pas d’un « mode d’emploi » sur la répartition des responsabilités, des bénéfices, l’impact sur le changement des pratiques, les risques encourus, le cadre juridique, le cadre éthique, …


Une co-construction du futur à multiples facettes

En général, les projections futures dans les lesquelles s’inscrivent les solutions proposées sont soit dans une vision utopique, soit une vision dystopique. Notre conviction est plutôt que de prendre parti pour l’une ou l’autre, un équilibre peut être trouvé en agissant déjà sur l’harmonisation des projets autant que faire se peut (au sein de consortiums et d’alliances).

Quelques pistes pour y parvenir :

  • S’inscrire dans un cadre de méthodologie adapté au projet par exemple en adoptant une combinaison des objectifs SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporels définis) et OKR (Objectifs and Key Results) ;
  • Renoncer à la recherche de la perfection en favorisant le « Test and Learn » et en s’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue ;
  • Equilibrer les pouvoirs en impliquant aussi bien les instances publiques que les citoyens (notion « empowerment ») ;
  • Sortir d’un mode de fonctionnement en silos en encourageant les démarches convergentes, pluridisciplinaires et intersectorielles ;
  • S’adapter et contextualiser la solution au besoin en évitant de toujours recourir au « copier-coller » des solutions existantes (innovation frugale) ;
  • Mesurer le retour sur investissement et l’impact social en intégrant la qualité des bénéfices acquis (bien être, autonomie, …) et en clarifiant les contours des indicateurs identifiés ;
  • Encourager les solutions inclusives et équitables ;

Ce sont là quelques prérequis indispensables pour assurer un impact social réel et mesurable du numérique en santé alliée à l’innovation sociale.


La contribution d’Easis

Pour accompagner au mieux ses clients, et plus particulièrement dans le cadre de ses missions, Easis s’assure de :

  • Imaginer des solutions, des organisations et des services de demain qui impacteront positivement l’écosystème santé social ; 
  • Connecter des approches diverses pour optimiser les organisations et leurs finalités avant de parler des outils (leviers de productivité arrivant en bout de chaîne) ;
  • Rassembler des parties prenantes différentes autour de l’innovation au service des parcours de vie.

Quelques réalisations et contributions d’Easis dans le cadre de l’alliance santé numérique et innovation sociale :

  • L’élaboration d’une offre globale pour l’amélioration de la prise en charge des personnes âgées et handicapées auprès des collectivités territoriales dans les DOM-ROM ;
  • La construction d’une plateforme d’engagement des seniors dans le cadre du bien vieillir avec la collaboration des acteurs sociaux et d’une grande mutuelle ;
  • La mise en place de nouvelles organisations, dispositifs et pratiques médicales pour les territoires isolés.

La construction de ce « nouvel objet social » (combinaison santé numérique – innovation sociale) n’en est qu’à ses débuts. Le sujet est difficile à appréhender tant les attentes et les questions soulevées sont nombreuses, complexes… Pourtant, se profilent déjà des transformations innovantes à forte valeur ajoutée. Cela s’applique pour l’ensemble des parties prenantes tant sur le modèle économique qu’organisationnel, et ce sur plusieurs segments de la chaîne de valeur.


🔍  Pour aller plus loin :


Rédigé par Gilbertine IKILI, consultante e-Santé