Le schéma du modèle de la start-up nous semble réducteur, voire inapproprié quand on l’applique au champ du social. Si la dynamique des entrepreneurs sociaux et tech4good est vivifiante, les solutions et services nécessaires pour relever les défis sociaux et sociétaux ne sont pas régis par des lois aussi simples que celles du marché ou d’Internet. En effet, ces dernières permettent, pour un besoin donné, de passer d’une idée à une plateforme mondiale en quelques mois, sous l’impulsion d’entrepreneurs ou d’investisseurs, dans une logique de marchés où interagissent clients et fournisseurs.

Innovation

Pour construire des solutions innovantes et pérennes, il convient de privilégier une transformation des modèles, des stratégies, des façons de travailler de savoir mobiliser de multiples acteurs.

Chez Easis, notre expérience en conseil nous a permis de constater que les démarches sont nombreuses mais souvent mal coordonnées : elles restent silotées et perdent en efficacité. Ainsi, le progrès passe par la constitution d’écosystèmes, sans doute plus larges que ceux que nous avons l’habitude de former, et plus aptes à favoriser le design de solutions innovantes.

Nous devons encourager les alliances d’acteurs pour une meilleure prise de recul et une réelle mise en commun d’expertises, d’expériences et de compétences. L’un des premiers défis auquel est confronté tout opérateur de réponses sociales est sa capacité à mobiliser les bonnes compétences, au bon moment. Il y a d’abord le stade de l’expérimentation, où il s’agit de faire émuler un 1er cercle de contributeurs et de prendre des risques pour penser « hors de la boîte » et innover. Si le premier stade est concluant (évaluation), vient le temps du développement (modélisation et mise en œuvre) qui implique de la créativité dans le modèle d’affaires, le modèle de déploiement et le modèle d’opération. Là encore, le tour de table des financeurs ou appels à projets comme le font les start-up n’est pas suffisant : il s’agit d’inscrire les solutions dans un environnement territorial plus complexe.  

De ce fait, les facteurs clés de succès d’un passage à l’échelle réussi d’une innovation sociale sont : un ancrage local avec des acteurs de terrain, une prise en compte de l’humain et de la dimension culturelle, une gouvernance repensée. Pour toutes ces raisons, le processus d’innovation s’inscrit dans une temporalité plus longue




🔍 Pour aller plus loin :